Blog

Equipementiers Automobile : du véhicule électrique à l’économie partagée

Le développement de la voiture électrique et l’arrivée prochaine du véhicule autonome marquent une révolution de taille qui impacte non seulement les constructeurs, mais également les équipementiers.

 

Révolution technique

L’électronique a certes investi l’automobile depuis nombre d’années, toutefois sa présence et son rôle sont devenus prépondérants au point qu’aujourd’hui le cœur d’une voiture n’est plus réellement son moteur mais plutôt une unité centrale connectée, capable d’enregistrer et traiter des centaines d’informations sur le véhicule, …ainsi que sur son utilisateur.

Le véhicule « intelligent » ou « connecté » impose ainsi aux équipementiers de proposer non plus de simples produits techniques répondant à une seule application de base, mais plutôt de concevoir des produits assurant une fonction plus large, forcément intelligente (c’est-à-dire assurant la captation, la gestion et le traitement de données) et qui s’intègrent dans une solution globale incluant du service.

 

Evolution du business model

Car en effet, c’est bien cette solution globale « produit + services » que viennent chercher les constructeurs aujourd’hui.

Cette évolution oblige donc les équipementiers à penser leur métier différemment (non plus « Que vais-je lui vendre ? », mais plutôt « Que puis-je faire pour lui ? ») et, pour certains, à revoir également leur business model en ne facturant plus directement le produit lui-même mais le service rendu par ce produit, et l’ensemble des services qui l’accompagnent : développement de machines spéciales permettant de monter le produit sur le véhicule, maintenance de ces équipements, formation des opérateurs chez le constructeur, etc…

Comme toute (r)évolution, celle-ci soulève des craintes mais elle génère aussi de nombreuses opportunités en termes de business et de management.

 

Un mouvement de fond

D’autres industries ont déjà amorcé une mutation de ce type, tels les équipements électriques pour la maison (alarmes, détecteurs de fumée, systèmes de chauffage et de climatisation…), produits classiques dans leur technologie mais que le développement de la domotique a conduit à devenir autonomes et connectés.

Ou encore l’instrumentation médicale, dont les appareils sont de moins en moins achetés par les hôpitaux et les cliniques, mais mis à leur disposition par le constructeur qui en revanche facture chaque opération, analyse ou diagnostic réalisé par l’équipement en question, ainsi que les services connexes : installation, maintenance, formation des utilisateurs, mise à disposition et renouvellement des consommables, etc…

Cette mutation semble être le symptôme d’un mouvement de fond lié à l’émergence d’une économie dite « partagée » qui ne consomme plus un produit (« j’achète et possède un équipement ») mais plutôt un service rendu (« je n’utilise et ne paie cet équipement que lorsque j’en ai besoin »).

 

Du sur-mesure

En remplaçant le besoin de possession par l’efficacité d’usage, l’économie partagée invite tous les acteurs industriels à changer de niveau d’intervention, un peu comme si l’on passait du prêt-à-porter à la haute-couture : un luxe auquel chacun s’habitue rapidement !

 

ARROWMAN Key Insight

Alors que l’industrie automobile a fonctionné jusqu’à présent de manière plutôt endogène en recrutant essentiellement des profils issus du sérail, cette double évolution favorise l’émergence de nouveaux métiers qui se situent à la frontière entre le Manufacturing, les Services et la Technologie 2, 3 et 4.0.

Dans ce contexte, notre Practice Industrie qui accompagne régulièrement des équipementiers automobile dans le développement et la constitution de leurs équipes, s’appuie à la fois sur nos Practices IT & Digital ainsi que sur nos partenaires du réseau international L&L Advisory Group afin d’élargir nos recherches à des profils issus d’autres industries ayant déjà opéré ce type de transformation (robotique industrielle, domotique, instrumentation…) et, plus largement, à des secteurs d’activité qui intègrent des objets connectés (IoT) et développent de nombreux services autour de leurs produits.

 

Alexis BRODSKY, Directeur Associé chez ARROWMAN Executive Search, Expert Industrie et en charge de l’International.