Blog

Les CFO futurs CEO : effet conjoncturel ou tendance de fond ?

entrepreneur-1340649_1920

Les nominations récentes, notamment dans le CAC 40, d’anciens CFO à des postes de CEO ou COO (Danone, AccorHotels, Engie…) au-delà d’être emblématiques d’une tendance, semblent traduire une transformation profonde et durable de l’organisation des entreprises.

 

Partons du contexte : les entreprises évoluant dans un environnement toujours plus complexe, il n’est pas risqué de dire que la fonction finance propose une clé d’analyse pertinente, objectivement opposable, susceptible de donner du crédit à une stratégie.

Garant de l’image financière de l’entreprise, traduisant de manière chiffrée sa situation économique et valorisant les risques, le CFO a vu ses dernières années sa fonction élargir naturellement ses prérogatives pour devenir un levier incontournable de pilotage de l’entreprise.

 

« Financiarisation » à tous les étages.

De manière concomitante, les entreprises s’étant financiarisées, le CEO a dû naturellement intégrer des problématiques financières plus techniques. La communication financière est ainsi devenue un enjeu stratégique. Cette évolution s’observe bien évidemment essentiellement dans les grands groupes, plus complexes et logiquement plus exposés aux marchés et aux investisseurs.

Parallèlement, la fonction « Relations investisseurs » a elle-même évolué en recrutant des profils plus marqués « Finance Corporate ». Les investisseurs apprécient les interlocuteurs à la fois techniques et suffisamment « business » pour traduire des modèles économiques de plus en plus complexes.

 

Le CFO, un manager comme un autre ?

Devenu plus généraliste, le profil exclusivement technique issu des grands cabinets d’audit anglo-saxons n’est plus aussi majoritaire. La fonction comptable ayant elle-même opéré sa mue, le CFO moderne dépasse très largement le cadre technique et propose une expérience et un parcours plus diversifié, et pas seulement au sein de la fonction Finance. Le CFO est en fait devenu un « manager comme un autre » avec des compétences comportementales fortes, une vision stratégique et une connaissance approfondie des rouages et des métiers de l’entreprise.

 

Quel enseignement pour l’avenir ?

La globalisation, les enjeux technologiques et l’exposition financière toujours plus prégnante sont les signes d’une tendance de fond. Dans un monde de plus en plus « global » et en constante évolution, la fonction Finance en elle-même évolue. Ses acteurs évoluent, leur spectre de responsabilité aussi, en fonction des schémas d’entreprises et de leurs enjeux. C’est donc aussi une tendance « globale » qui tend à faire des CFO des managers de plus en plus généralistes. Il est par là même tout à fait logique de voir de plus en plus de CFO accéder à la fonction de CEO.

Un constat à nuancer cependant dans les ETI et les entreprises Mid-Cap. Si les Directeurs financiers accèdent régulièrement à la fonction de DGA avec un accès très privilégié à la stratégie business de l’entreprise et un niveau de contribution de plus en plus fort, ils évoluent encore très rarement vers la Direction générale.

 

ARROWMAN Key Insight

Conseils aux CFO pour accéder à la position de CEO :

  • Cultiver sa dimension généraliste, ne jamais oublier de travailler à différents niveaux de « granularité » de la fonction.
  • Approfondir ses connaissances business, ne jamais perdre le lien avec les opérations.

D’une manière générale, alterner les positions fonctionnelles et plus opérationnelles est une posture d’investissement pour l’avenir.

 

Philippe MILLOT est l’un des Directeurs d’ARROWMAN Executive Search, en charge du développement de la practice Fonctions Corporate et Business Development.