Blog

SMART INDUSTRIE

L’ubérisation de l’industrie française n’aura pas lieu. La 4e révolution industrielle est d’ores et déjà entamée. La surprise : c’est qu’en étant menée par les hommes avec les hommes, cette révolution brise d’elle-même tous les fantasmes, pour devenir une réalité passionnante à observer. 

Industrie Intelligente

Smart Industry

La tendance est discrète mais elle est profonde. La numérisation des outils de production est bel et bien entamée, avec pour l’accompagner, des experts particulièrement agiles et rapides qu’il faudra apprendre à attirer et fidéliser. L’industrie du futur se concrétise donc mais pas comme on l’avait annoncé.

L’entreprise industrielle est en processus constant d’amélioration. Elle touche concrètement du doigt les bénéfices qu’elle peut tirer de la transformation digitale : efficience, temps de travail, sécurité… Cette prise de conscience a « invité » les métiers traditionnels à se muscler en s’appuyant en interne sur des compétences nouvelles.

 

Nouvelles expertises digitales et interactivité:

Des compétences (analyse de données, architectes IoT, experts sécurité) viennent  « organiser » l’usine 4.0 en apportant leur expertise mais aussi leur vision et leurs « usages ». Le mode collaboratif s’impose dès lors aux industriels. Une approche de travail différente mais qui montre rapidement son efficacité. Les interconnexions entre l’outil de production et les systèmes d’information nécessitent également l’implication de nouvelles générations de Directeurs de Programmes. Ces derniers apportent non seulement  des compétences techniques très étendues  mais aussi  de réelles qualités de communication pour gérer le changement.  

Les freins à la transformation:

 Même si l’industrie française n’a plus à prouver sa réelle maturité, il reste qu’elle doit toujours faire face aux mêmes obstacles : frilosité financière, difficulté à justifier le retour sur investissement, ancienneté des équipements, et enfin, manque de compétences.

C’est ce dernier point qui revient le plus souvent lorsque l’on interroge les acteurs industriels. Pourtant les premiers résultats observés, en matière d’optimisation de la maintenance prédictive notamment, rassurent et encouragent.

 

Dynamisation des acteurs:

Les entreprises, d’une part, ont un besoin vital d’appuyer leur vision stratégique sur des profils capables de l’appliquer en structurant les équipes et en analysant les répercussions à moyen et long terme. 

Les candidats, d’autre part, trouvent du sens à leur implication et un terrain d’action à la mesure de leur haut potentiel.

 

Et après ?

Une fois captés, ces profils devront cependant être régulièrement challengés en ayant au préalable pris conscience que le temps industriel n’est parfois pas toujours adapté à leur fonctionnement.

L’enjeu pour les recruteurs est donc aujourd’hui d’accompagner ce changement culturel.

Et pour les candidats… de ne pas trop s’impatienter.